00:00
00:00
Sample Title

Sensibilisation des étudiants-architectes à l’utilisation du bois égal et certifié, 28/09/2010- Paris


Publié le : 28 septembre 2010

Lancement de la sensibilisation des étudiants-architectes à l’utilisation du bois égal et certifié, discours du Président Jacques Chirac, Cité de l’Architecture, Paris, mardi 28 septembre 2010.

Lancement de la sensibilisation des étudiants-architectes à l’utilisation du bois légal et certifié, discours du Président Jacques Chirac, Cité de l’Architecture, Paris, mardi 28 septembre 2010.

Télécharger le discours du Président Jacques Chirac (pdf)

Monsieur le Ministre, Cher Frédéric Mitterrand,

Monsieur le Président, Cher François de Mazières,

Cher Jean Nouvel,

Mesdames et Messieurs,

Mes Chers Amis,

Si j’ai souhaité que la lutte contre la déforestation et la désertification soit une priorité de l’action de ma Fondation, c’est parce qu’il s’agit d’un enjeu géopolitique et de développement majeur.

Un enjeu qui concerne à la fois l’environnement et le changement climatique, la perte de la biodiversité, la sécurité alimentaire, le déplacement de populations ou encore la disparition des cultures et des langues.

Avec près de 200 000 hectares de forêts tropicales qui se volatilisent chaque semaine, la biodiversité et les ressources naturelles sont plus que jamais menacées, tout comme les millions de personnes qui dépendent de la forêt dans leur vie quotidienne.

Cet été encore, la canicule et les inondations au Pakistan, ou la sécheresse au Niger et la crise alimentaire qui l’a suivie, ont rappelé avec force les conséquences dévastatrices d’une gestion déséquilibrée des sols.

Dans le combat contre la déforestation, les entreprises, les organisations non-gouvernementales, les citoyens travaillent déjà sur le terrain.

A Copenhague, les responsables politiques se sont accordés sur la nécessité de préserver les forêts.

En novembre prochain, à Cancun, ils devront aller plus loin : il est impératif que les gouvernements trouvent un accord pour relever le défi de l’après-Kyoto.

Les solutions sont à portée de main. Mais elles impliquent un engagement fort des Etats.

Ainsi qu’une collaboration plus étroite entre les producteurs et les consommateurs de bois.

A la place qui est désormais la mienne, j’ai voulu participer à ce combat, en engageant ma Fondation dans la promotion de la gestion durable des forêts, celle qui respecte les critères de certification FSC.

La Fondation participe en République du Congo, au Cameroun, au Togo en particulier, à des projets qui mettent l’accent sur les aspects sociaux :

- Ainsi, le Centre d’Excellence Sociale de Yaoundé, forme des experts africains qui accompagneront les exploitants forestiers ;

- Une radio communautaire, Biso na Biso, associée à la Congolaise industrielle du bois, permet, par ailleurs, l’association des populations locales à la gestion des concessions ;

- Enfin, le renforcement des droits fonciers, en partenariat avec le notariat français, contribue à aider ces populations fragiles à mieux protéger leurs droits.

Avec son partenaire, le Forest Trust, la Fondation a ainsi pu contribuer en 2009 à la certification de près de 700 000 hectares de forêt tropicale dans le bassin du Congo.

Plus largement, le continent africain compte désormais près de 4,4 millions d’hectares certifiés FSC. Ce chiffre n’était que de 40 000 hectares il y a cinq ans.

Je veux saluer cette dynamique dans les pays producteurs.

Pourtant, ces résultats ne sont pas encore suffisants : aujourd’hui, seulement 7% de la consommation industrielle mondiale de bois est certifiée. Selon la Banque Mondiale, 20 % de la disparition de la forêt tropicale serait la conséquence de l’exploitation abusive des forêts.

Principal importateur mondial de bois, l’Union européenne, et la France en particulier, ont leur propre responsabilité. En ce sens, la prochaine entrée en vigueur de la réglementation européenne interdisant l’entrée du bois illégal sur le territoire de l’Union, constitue un progrès essentiel.

Mais il faudra soutenir de manière beaucoup plus active les efforts des entreprises et des pays producteurs de bois en informant mieux les consommateurs.

C’est l’objet de notre rencontre aujourd’hui, à la Cité de l’architecture, dont je remercie le Président, François de Mazières pour la qualité de son accueil.

La sensibilisation dans les Ecoles d’Architecture vise à impliquer les prescripteurs que sont les architectes, dans le développement de l’utilisation du bois légal et certifié.

Avec le concours du Ministère de la Culture et de la Communication, et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial, qui ont accepté avec enthousiasme d’être les partenaires de la Fondation, c’est une première étape que nous construisons ensemble.

Merci, Monsieur le Ministre, cher Frédéric Mitterrand, de votre implication personnelle et de votre soutien. Merci aussi à Anne-José Arlot et à Jean Gautier.

A l’origine de tout projet de construction, les architectes peuvent recommander l’utilisation du bois certifié et donner ainsi un écho aux bonnes pratiques des exploitants forestiers.

Architectes de demain, les étudiants des 20 Ecoles nationales supérieures architecture doivent prendre conscience du rôle qu’ils peuvent jouer pour encourager une gestion responsable des forêts.

Dès le mois d’octobre, les étudiants seront alertés sur ces enjeux, dans le cadre de chaque école, et grâce à un cycle de conférences mené par Madame Emmanuelle GRUNDMANN, spécialiste de la forêt tropicale, que je veux saluer chaleureusement.

Avec elle, les futurs architectes, découvriront la disponibilité et le rôle de chaque essence. Ils prendront conscience de la vie quotidienne des populations de ces forêts et l’importance qu’il y a à préserver la diversité de la faune et de la flore de ces territoires.

Souhaitons qu’avec eux et sous l’égide de Jean NOUVEL, prestigieux parrain de ce projet, débute un cercle vertueux, propre à faire de la construction un acteur dynamique de la protection des forêts.

Je vous remercie.

FacebookDeliciousDiggGoogle BookmarksLinkedInRedditStumbleUponTwitterShare

Programmes et actions de la fondation Chirac