00:00
00:00
Sample Title

Accès à une santé et à des médicaments de qualité


L’accès à des médicaments de qualité est un des enjeux majeurs des politiques de santé publique en Afrique où le trafic de faux médicaments est un fléau.

Parmi ces médicaments falsifiés, certains ne contiennent aucun principe actif, d’autres contiennent des principes actifs sous dosés, d’autres encore contiennent des substances hautement toxiques.

Ces faux médicaments nuisent aux patients par leur incapacité à traiter des maladies graves, ils peuvent provoquer une pharmaco-résistance et, dans trop de cas, entraînent la mort.

Alors que l’achat de médicaments dans les pays en développement constitue toujours une charge lourde pour le patient, cette dépense, en pure perte, a des conséquences économiques pour les familles.

La mise sur le marché de médicaments dangereux ou inactifs et échappant à tout contrôle constitue à la fois une menace pour la sécurité des populations, un scandale moral et un défi pour les acteurs du développement.

Aujourd'hui dans le monde


  • Selon les pays, le trafic de faux médicaments peut atteindre plus de 30% des médicaments mis en circulation.
  • Les chiffres de 2007 cités représentent une augmentation d’environ 20% par rapport à 2006. C’est 10 fois plus qu’en 2000 (Produits Contrefaits – rapport du secrétariat de l’OMS du 18 décembre 2008)
  • Selon certaines données, le trafic de faux médicaments serait 25 fois plus rentable que la vente de la drogue. Les bénéfices de ce commerce sont en voie de supplanter ceux du trafic dont il a emprunté les méthodes, le trafic de la drogue..
  • Alors qu’un usager de drogue sait qu’il absorbe un produit prohibé, un malade, lui, ne sait pas que le médicament qu’il prend est dangereux.
  • En 2007, les autorités des pays membres de l’Organisation Mondiale de la Santé ont détecté plus de 4 cas de produits médicaux nocifs par jour (Produits Contrefaits – rapport du secrétariat de l’OMS du 18 décembre 2008)

La campagne internationale

fondation Chirac - Campagne internationale ((credit : Union europeénne)

Depuis l'Appel de Cotonou lancé le 12 octobre 2009, la fondation Chirac mène une campagne de mobilisation internationale au plus haut niveau. La Fondation organise et prend part régulièrement à des conférences, consultations et réunions afin de mobiliser les ressources politiques, techniques, administratives et financières pour appuyer les efforts de lutte contre le trafic de ces médicaments. > Découvrir

L’Appel de Cotonou, le 12 octobre 2009

Cotonou arrivée-1

Contre le trafic de faux médicaments, le Président Jacques Chirac et plusieurs chefs d'Etats ont initié en octobre 2009 à Cotonou un Appel international. Ce message politique a été perçu comme un encouragement aux professionnels de la santé et aux différentes administrations à coopérer pour appliquer ou créer les conditions législatives et normatives permettant de lutter contre les faux médicaments. > Découvrir

Campagne internationale de sensibilisation – Fight the Fakes

Banner_Fight_the_Fakes_Speak_up

10 partenaires représentant des professionnels ou organisations de la santé ont uni leurs forces pour faire connaître les dangers des faux médicaments à travers une campagne internationale nommée Fight the Fakes (Combattre les Faux). > Découvrir

Améliorer la gouvernance

fondation Chirac - Améliorer la gouvernance (crédit : Ian Fuller)

L'Appel de Cotonou lancé le 12 octobre 2009, est une déclaration solennelle de la part de hauts responsables politiques et d'organisations internationales, s'engageant à renforcer les moyens de lutte contre les trafics de faux médicaments afin de protéger la santé des populations. > Découvrir

L’extension du Laboratoire National de Contrôle de la Qualité des Médicaments au Bénin – 2009

Labo Cotonou mars 2010

Pour obtenir une pré-qualification auprès de l'Organisation Mondiale de la Santé, et ainsi devenir un pôle de contrôle pour l'ensemble de la sous-région, le Laboratoire national de contrôle de la qualité des médicaments du Bénin devait s'agrandir. La fondation Pierre Fabre, la fondation Chirac et l'Etat béninois ont financé en 2009 la construction d’un étage supplémentaire qui permettra au Laboratoire de disposer de 300 m2 de plus et de compter 5 laboratoires au total. > Découvrir

FacebookDeliciousDiggGoogle BookmarksLinkedInRedditStumbleUponTwitterShare